BOURLOIRE CERCLE SAINT CHRISTOPHE

Depuis 1842

Billard club St Christophe

Billard club  St Christophe 2013

23 septembre 2013 Posted by | Cercle St Christophe, Organisations | Laisser un commentaire

Ecole de la bourle 2013

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

15 juillet 2013 Posted by | Cercle St Christophe | Laisser un commentaire

Inauguration après rénovation du Cercle st Christophe 29-09-2012

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Médaille d’Argent de la Jeunesse et des Sports à Gustave Leroux

6 octobre 2012 Posted by | Cercle St Christophe, Organisations | Laisser un commentaire

La bourle

          La bourle ou l’art d’approcher l’étaque.

Matériel pour jouer à la bourle
L’origine du jeu de bourle est ancienne. Un extrait des bans échevinaux de Lille atteste son existence dès le Moyen-Age. Pratiqué dans les cercles paroissiaux et dans des sociétés non confessionnelles hébergées dans les dépendances des estaminets, il était très populaire, en particulier dans le versant Nord-Est de la Métropole.
Au cours du XXe siècle, de nombreuses bourloires ont fermé leurs portes et ce jeu traditionnel est tombé progressivement en désuétude. Grâce à la passion d’une poignée de bourleux, certains cercles continuent aujourd’hui leur activité, au plus grand bonheur des anciens qui y passent des après-midi conviviales et de quelques jeunes qui y prennent goût.
Un après-midi au Cercle Saint Christophe de Tourcoing    Lorsque l’on se rend au cercle Saint-Christophe à Tourcoing, le plus ancien de la métropole (1842) et l’un des plus grands, l’ambiance est le plus souvent à la bonne humeur. Sur les deux pistes, les équipes rivalisent d’adresse pour approcher l’étaque et placer des heillis. Les plaisanteries vont bon train et mieux vaut être au fait du jargon du bourleux pour en saisir toutes les nuances. Le jeu est comparable, toutes proportions gardées, à la pétanque et au curling. Il tient en quelques règles simples. Sur une piste concave longue de 23 mètres et large de trois, deux équipes s’affrontent, formées de trois ou quatre joueurs, quelque fois six mais c’est plus rare. Un commandant définit la stratégie à adopter et dispense des conseils à ses partenaires. Le but est de placer ses bourles près de l’étaque, équivalent du cochonnet matérialisé par une rondelle de métal incrustée dans la piste. Pour contrarier le jeu de l’adversaire, des obstacles sont placés en amont de l’étaque, ce sont les heillis. Quand le jeu est trop compact, c’est au frappeur, le « butcheux » ou le « tapeux », d’intervenir. En force, il essaye d’enlever les bourles gênantes. Les règles du jeu, le jargon et la légendaire convivialité des bourleux ont traversé les siècles. 
Grosses et petites bourles.
Le Jeu de Bourle en Flandres (1911) de Rémy Cogghe
Le Jeu de Bourle en Flandres (1911) de Rémy Cogghe
© Musée La Piscine
 
 
 
 
 
  
      La ville de Tourcoing comptait en 1900 près de 250 bourloires, celle de Wattrelos près d’une centaine. Chaque paroisse en possédait une. Après la messe, patrons et ouvriers s’y retrouvaient : « Le « Monsieur » était proscrit, tout le monde se tutoyait » rappelle Jean Turpin, président de la Fédération des sociétés de bourles de Tourcoing et environs. Longtemps réservés aux hommes, les cercles se sont ouverts aux femmes et aux enfants au milieu du XXe siècle. En Flandre, un cercle demeure attaché à cette tradition : les femmes y sont admises à l’occasion des tournois mais n’ont pas le droit d’être sociétaires. 
    Si l’on pratique la bourle en Belgique, dans les Flandres françaises et dans la région d’Angers, il semblerait que ce soit dans la métropole que le jeu trouve ses origines. Le texte le plus ancien connu à ce jour est un arrêté pris à Lille le 4 août 1382 : « Que nul soit si hardi, ni grands ni petits, dorénavant à jouer à quelque jeu de bourles grandes ou petites en notre ville sous peine d’une amende de 60 sols de forfait même pour les enfants seraient castagnés de verges ou autre peine selon la gravité du méfait ou intention. »
    La forme incurvée de la piste serait inspirée du profil des rues d’autrefois. Il existe encore une trentaine de bourloires dans le département du Nord, concentrées pour l’essentiel à Tourcoing et Wattrelos, et dans les communes environnantes : Leers, Lys-lez-Lannoy, Toufflers, Mouvaux, Roncq, Wasquehal, Neuville-en-Ferrain, Halluin et Villeneuve-d’Ascq. On en trouve également quelques unes dans les Flandres, à Hazebrouck, Bailleul, Steenvoorde et Godewaersvelde. 
    La taille des bourles diffère selon les régions. Dans la métropole, on joue soit à la petite bourle, dite la « tourquennoise », soit à la grosse, à Wattrelos et ses alentours. Cette dernière, fabriquée en gaïac, bois extrêmement dense provenant d’Amérique latine, pèse entre quatre kilos et demi et neuf kilos. La petite bourle, en noyer, n’excède pas quant à elle deux kilos.
A quand la relève ?.
Le 1er mai 1939 au cercle Saint Christophe à Tourcoing
Le 1er mai 1939 au cercle Saint Christophe à Tourcoing
© Coll. cercle Saint Christophe
    Objet précieux, plus encore aujourd’hui avec la raréfaction des bois ou l’interdiction de leur exportation, la bourle était transmise de père en fils, soigneusement entretenue. Faute d’engouement des jeunes, les habitudes ont évolué : « Quand les anciens ne se sentent plus capables de jouer, ils donnent généralement leurs bourles à la société. Faut que ça joue ! » précise Jean-Pierre Moerman, président de la fédération des sociétés de bourles du Nord. « Quand on reçoit des bourles, on se fait un point d’honneur de conserver le nom de l’ancien propriétaire gravé sur la rondelle de cuivre » poursuit Jean Turpin. 
    Les sociétés perpétuent avec volontarisme les traditions ! Respect, convivialité, solidarité… ne sont pas feints. Le monde des bourleux est une sorte de confrérie ; le décés de l’un d’entre eux ne passe jamais inaperçu : « Un bourleux remplit une église. Quel que soit le cercle, c’est un bourleux ! » 
    André a 85 ans et 60 ans de pratique derrière lui. Il joue à la bourle à peu près tous les jours : « J’ai commencé à jouer dans une bourloire en plein air à Wasquehal. C’était la dernière. On y allait le dimanche, c’était rempli de monde. Il y a hélas de moins en moins de bourleux, et surtout pas assez de jeunes. Quand ils commencent à bien jouer, ils se marient, font des enfants et puis arrêtent. Ils meurent plus d’anciens que n’arrivent de jeunes. » 
    Le jeu de bourle vit-il ses dernières heures ? Rien de moins sûr. Il y a quelques années déjà, certains étaient persuadés de sa disparition prochaine. Les fédérations semblent bien organisées et la multitude des tournois et autres rencontres attestent de la vitalité de la discipline. Certes, les sociétaires sont en majorité des seniors et la question de la relève se pose bien évidemment. Certains cercles ouvrent leurs portes à l’occasion des Journées du patrimoine et, plus régulièrement, à l’intention des scolaires. Plus généralement, chacun est le bienvenu. Il suffit de prendre rendez-vous, contacter quelques amis et le tour est joué.
 
 
Lexique du bourleux
Les bourloires étaient fabriquées autrefois avec de la bouse de vache mélangée à de l’argile et du son de seigle. Il en existe encore quelques unes de ce type. Lors d’été trop chaud, le revêtement a tendance à se craqueler. On l’humidifie avec les résidus de bière. Certaines bourloires sont inscrites à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques.
Aller au tchu : faire tomber sa bourle hors du jeu dans le fossé qui se trouve à l’extrémité de la piste.
Faire jo : marquer le point en plaçant sa bourle sur ou à proximité de l’étaque.
Heillis : bourles placées par les heillicheux en guise d’obstacles aux adversaires.
Buquer : lancer la bourle afin de dégager les bourles adversaires.
Faire un cul : pousser légèrement la bourle d’un partenaire pour la rapprocher de l’étaque.
Jouer en rive : utiliser l’inclinaison de la piste.
Poussage : force donnée à la bourle.
 
 
puce
 
Infos pratiques
Pour connaître l’adresse et les horaires d’ouverture des bourloires, contactez :
Fédération de Wattrelos
41 rue Saint-Joseph à Wattrelos.
Tél : 03 20 75 14 95
Président Daniel GERMONPREZ
 http://sites.google.com/site/federationbourlewattrelos/
 
                                                        *   *   *
Fédération de Bourle de Tourcoing et Environs
 34 rue du Moulin Fagot à Tourcoing.
Siége  : 03 20 25 15 21 
 Président Jean Turpyn
Portable     :   06 76517263
                                                                                                        
                                                      *   *   *
                                                             
                                                          Fédération des Sociétés de Bourles du Nord.
                                                                       34 rue du Moulin Fagot à Tourcoing.
                                                                                     Siége  : 03 20 25 15 21     
                                                                           Président Jean Pierre Moerman
                                                                                  Portable  :  06 45420736
                                                                    http://fedbourlenord.wordpress.com
                                                                                      fbn59200@gmail.com
 
 

10 février 2010 Posted by | Organisations | Commentaires fermés sur La bourle

BIENVENUE A ST CHRISTOPHE

PLAN POUR ST CHRISTOPHE

Agrandir le plan

4 février 2010 Posted by | Organisations | Laisser un commentaire

   

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.